Poster un commentaire

Test Rayman Origins

Après avoir été mis à l’écart plusieurs années par les lapins crétins Rayman nous revient enfin dans sa version originale en 2D.

La première chose qui marque lorsque l’on joue à Rayman est sa qualité graphique, on à clairement l’impression d’avoir un dessin animé devant les yeux. C’est bien simple une personne ne voyant pas votre manette et qui passerait devant la télé pourrait tout simplement croire que vous êtes tranquillement en train de regarder un cartoon. Ubisoft à pour ce faire créé un nouveau logiciel le Ubi art qui permet d’animé directement des croquis ce qui va beaucoup plus vite et qui donne un rendu magnifique.

L’histoire comme d’habitude dans ce genre de jeu pourrait tenir sur un timbre poste : Rayman et ses compagnons faisant trop de bruit en dormant perturbent leurs voisins du dessous, les lums noirs qui vont au bout d’un moment ne plus supporter les ronflements et passer à l’attaque pour leur apprendre le respect (ça me rappelle une émission de télé tiens) il s’en suit donc une castagne qui va laissé leur ami barbu à moitié fou, et obliger Rayman à récupérer tout les gentils lums qui ont été enlevés pendant la bataille pour rétablir la paix dans la Croisée des Rêves. On aurait aimé un scénario un peu plus approfondi car ce postulat de départ n’évoluera pas d’un pouce pendant l’intégralité du jeu.

Au niveau du gameplay comme je l’ai dit plus haut la 2D est de mise avec une jouabilité proche de celle d’un new super mario bros wii. Sous ses airs enfantin, le jeu est assez rotor surtout si vous tenter de le finir à 100% mais même la quête principale pourrait vous réserver quelques moments assez périlleux en particulier les derniers niveaux qui vous demanderont certainement de les recommencer plusieurs fois. Heureusement, il n’y a pas de nombre de vies limitées et lorsque l’on perd on peut recommencer autant de fois qu’on le souhaite depuis la dernière porte traversée. Dans chaque monde vous aurait une cage de lums « principale » à libérer et bien souvent 2 cages cachées, deux cages bonus si vous récupérer assez de lums jaunes pendant le niveau (équivalent des pièces dans Mario) ainsi qu’une dernière cage à débloquer en faisant une course contre la montre. S’ajoute également à cela une quête annexe assez ardue qui consistent à récupérer 10 dents pour « la Mort » en pourchassant des coffres sur pattes qui s’enfuient en vous apercevant pour ainsi débloquer un ultime niveau d’une difficulté à pleurer.

La cerise sur la gâteau est bien évidement le mode multi-joueurs dans lequel on peut jouer jusqu’à 4 en même temps dans tout les niveaux du jeu. On peut tout comme dans new super mario s’entraider mais également se coller de bonnes grosses baffes et jouer à se défier pour savoir qui ramassera le plus de lums dans un niveau. La convivialité est au rendez-vous et on s’amuse vraiment d’autant plus que si un joueur meurt les autres peuvent le ramener à la vie à partir du moment où il s’approche d’eux sous sa forme fantomatique (gonflé comme un ballon) ce qui ne laisse pas les joueurs novices sur le carreau.

Pour conclure Rayman fait un retour gagnant et nous offre une merveilleuse aventure en solo comme en multi qui promet de longues heures de fun, il sait être difficile quand il faut et n’est jamais frustrant. Tout ce qu’on espère c’est que les lapins sont bel et bien rangés au placard et que Rayman nous reviendra vite dans une aventure aussi réussie.

NOTE :           18/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :